You are currently browsing the monthly archive for février 2009.

2325349553_4274d23799_oCes jours, un procès s’est ouvert au Cambodge pour juger les crimes du régime khmer rouge. Un tortionnaire, M. Kaing Guek Eav, ancien professeur de mathématique et bureaucrate zélé, âgé aujourd’hui de 66 ans, comparaît pour répondre de la mise à mort par tortures d’au moins 12’000 personnes, nous explique la presse. Unanimes, parlant d’une seule et unique voix, les médias, les journaux, la télévision, ainsi que divers témoins et experts (je mets à part les survivants, évidemment), rappellent la monstruosité du régime du Kampuchéa démocratique. Celui-ci, dirigé par Pol Pot et ses complices entre 1975 et 1979, arrivé au pouvoir juste après la défaite des Etats-Unis au Vietnam, aurait fait 1,7 millions de victimes, selon l’évaluation officielle. (Si je mets la phrase au conditionnel, ce n’est pas pour nier les crimes, mais pour indiquer que les chiffres, dans ce genre de drames, sont toujours un peu approximatifs, faute de moyens de parvenir à des décomptes exacts.)

Ce procès, comme d’autres qui ont eu lieu il y a quelques années contre d’autres dirigeants khmers rouges, est l’occasion de rappeler l’histoire du génocide au Cambodge à ceux qui n’étaient pas nés en 1975. Mais, étrangement, ce n’est pas une occasion de rappeler la guerre menée pendant plus de dix ans par les Etats-Unis dans le Sud-Est asiatique, frappant non seulement le Vietnam, mais aussi le Cambodge et le Laos, et qui a précédé a prise du pouvoir par les Khmers rouges. Lire le reste de cette entrée »

Publicités