Je ne m’appelle pas Aline Testuz. C’est néanmoins un nom réel, celui de ma grand-tante maternelle; une fille de vigneron vaudois née sur la fin du 19e siècle, grassouillette et gaie, cuisinière… à se mettre à genoux devant ses plats! Elle a été domestique toute sa vie – même si elle se disait « gouvernante » – et reprendre son nom, c’est lui rendre « femmage ».

Ni Aline, ni Testuz, je suis une sexagénaire pas rangée, helvète mais internationaliste, féministe et de gauche depuis toujours, membre du parlement local et surtout lectrice enragée. Je me suis décidée à bloguer pour ne pas rester seule avec mes admirations, mes stupéfactions et mes grosses colères.

Et un grand merci à Alain qui a fait une belle photo des Escaliers du Marché de Lausanne vus des toits pour embellir ce blogue.

Le 4 mai 2010

Les temps et mon humeur changeant, j’ai décidé de recommencer à écrire sous le nom d’Aline Testuz, qui me plaît bien, tout en continuant à publier sous mon vrai nom, Diane Gilliard,  sur le portail Combats, l’info autrement, en compagnie de nombreux autres petit-e-s camarades.  Parfois, les billets seront à double, d’autres fois ils paraîtront dans une version courte sur Combats et une version plus longue chez Aline Testuz. Je m’autoriserai même, avare que je suis, à reprendre quelques papiers écrits pour Combats et à les refiler à Aline, légèrement améliorés.

Publicités