You are currently browsing the tag archive for the ‘Femmes’ tag.

Bandeau_portail_les-femmesÇa m’énerve, cette histoire de burqa qui vient à point, en France, pour divertir le bon peuple rendu hagard par les incessantes cruautés inventées par son omniprésident. En plus, évidemment, cela donne de nouveau l’occasion à certains de dire n’importe quoi. Non tant sur l’oppression des femmes, mais sur «l’incapacité civilisationnelle» des autres, les «pas comme nous»…

Commençons par quelques précautions oratoires : je suis féministe depuis que je me connais, militante (à gauche, cela va sans dire, mais je le dis) depuis à peu près aussi longtemps. Je hais les machistes, les mâles autoritaires qui savent mieux que les femmes ce qui est bon pour elles. Mais je hais tout autant les faux-culs qui utilisent le féminisme pour distiller des discours hostiles ─ et commettre des actes du même tonneau, tant qu’à faire ─ contre tous ceux qui ne sont pas de bons Occidentaux mâles, blancs, bourgeois, hétéros. Lire le reste de cette entrée »

Publicités
Du manioc dessiné en 1887 par Franz Eugen Köhler

Du manioc dessiné en 1887 par Franz Eugen Köhler

Ce message est tombé dans ma boîte. La situation au Nord-Kivu est si terrible que je m’empresse de relayer cet appel: Non à la guerre, oui à la souveraineté alimentaire!

La Confédération Paysanne du Congo, COPACO-PRP, organisation membre de la Via Campesina en Afrique, lance un appel à la solidarité internationale au vu de la situation de conflit armé et d’insécurité qui s’est intensifiée ces dernière semaines dans la province du Nord Kivu, dans le nord-est du pays, à la frontière avec le Rwanda.

Les victimes de ce conflit armé entre troupes régulières congolaises et groupes rebelles sont les populations civiles innocentes, obligées à fuir leurs maisons et leurs terres, à errer sur les routes et à se rassembler, dans le meilleur des cas, dans des camps de réfugiés. Il y aurait déjà plus d’un million de déplacés et trois millions de morts dans la région, en proie à l’insécurité depuis presque 15 ans déjà. Dans ce contexte de guerre et d’impunité, les femmes sont régulièrement violées, le viol étant considéré comme une arme de guerre comme une autre. Lire le reste de cette entrée »

C’est une amie suisse, peintre et illustratrice, qui vit au Québec depuis de longues années, qui m’a envoyé le lien sur cette vidéo. Je ne résiste pas à la reprendre, pour faire partager mon plaisir. Si vous ne la connaissez pas, courez-y , c’est une merveille : 500 ans d’art pictural occidental à travers des visages de femmes, de l’ange de Novgorod, peint au 12e siècle, à Picasso, en passant par Léonard de Vinci, Rubens, Fragonard, Sir Joshua Reynolds (un Anglais, que je ne connaissais pas du tout), quelques Russes du 18e siècle, Ingres. Et tant d’autres.

Au son d’une des Suites de Bach pour violoncelle seul, chaque visage remplace l’autre, dans un fondu enchaîné parfait. Les regards de ces femmes nous suivent, on les voit battre des cils, sourire, baisser les paupières sur leurs secrets, s’étonner, défier, rêver, se réjouir, n’en penser pas moins. Vivre, en un mot. Toutes ne sont pas des nobles ou des bourgeoises. Elles sont religieuses, paysannes, très jeunes filles, âgées. Elles ont prêté leurs traits à des Vierges, à des anges, à des héroïnes bibliques ou mythologiques. Ces femmes venues du fond des temps sont nos sœurs, nos voisines, nos amies.

Il paraît que cette vidéo est référencée sur d’innombrables sites et blogues de par le monde, que des millions d’internautes l’ont vue. C’est vrai qu’il est impossible de ne la regarder qu’une fois, tant elle est belle, surprenante, subtile.

Voilà, c’était une respiration pour la reprise des billets sur ce blogue, après un peu trop de travail alimentaire et quelques jours de vacances . Mais la suite suit!

Le Parlement de Lituanie, ce pays balte et catholique, membre de l’Union européenne, vient de voter une loi réinstaurant l’interdiction totale de l’avortement. C’est déjà une nouvelle terrible. Pire encore: elle n’est reprise nulle part, par aucun média, et on ne la trouve pas sur Internet. Il aura fallu une dose importante d’indignation pour inaugurer ce blogue, qui m’attend, inerte, depuis un mois. J’aurais préféré un billet plus gai… Mais tant pis.

Lire le reste de cette entrée »