femmes-en-noir-international1Je ne ferai pas de commentaires sur l’horreur de la situation à Gaza. Sur la toile, les analyses, les témoignages, les cris d’indignation se multiplient.  Tout juste suggérerais-je d’aller lire le billet d’Alain, qui cherche à comprendre; et celui de Mona Chollet et Thomas Lemahieu, Construire l’ennemi, parce que c’est un excellent article et que Périphéries est un de mes sites préférés, qui traite de la question palestinienne depuis plusieurs années.

Heureusement, le 5 janvier un message est tombé dans ma boîte à courriels. Je ne peux faire autrement que le relayer  immédiatement.  Au moins ça… Emanant de plusieurs organisations de femmes israéliennes, il a été envoyé le 31 décembre 2008 par les Femmes en Noir à divers réseaux de femmes européennes.

consulat-toronto1Et le 8 janvier, on apprend qu’un groupe de Canadiennes juives occupent le consulat israélien de Toronto, pour protester contre l’attaque israélienne contre la population de Gaza. Selon le communiqué, les protestataires occupent le consulat pour envoyer le message clair que beaucoup de juifs canadiens ne soutiennent pas la violence d’Israël et ses politiques d’apartheid. Ils se joingnent aux peuples de conscience partout dans le  monde, qui demandent la fin de l’agression israélienne et la justice pour le peuple palestinien.

Et toujours le 8 janvier, le CICR, pourtant extrêmement prudent dans ses déclarations, qui tourne 7777 fois sa langue dans sa bouche avant de prononcer ce qui pourrait ressembler à une condamnation politique, lance un appel et publie un communiqué atroce sur ce que l’équipe du CICR et du Croissant-Rouge palestinien ont découvert dans un quartier de maisons touchées par les bombardements israéliens: des blessés, des tout petits enfants enfants trop faibles pour se lever à côté de leurs mères respectives, mortes.  Il demande d’urgence l’accès aux blessés et conclut ce communiqué par ces mots: « Le CICR estime que dans le cas présent, l’armée israélienne n’a pas respecté son obligation de prendre en charge les blessés et de les évacuer, comme le prescrit le droit international humanitaire. Il juge inacceptable le retard avec lequel l’accès a été donné aux services de secours. »

La déclaration des femmes israéliennes:

Nous, organisations de paix de femmes appartenant un large spectre d’opinions politiques, exigeons la fin des bombardements et autres instruments de mort, et appelons au commencement immédiat de délibérations pour parler de paix et ne pas faire la guerre. La danse de morts et des destructions doit finir. Nous exigeons que la guerre ne soit plus une possibilité, ni la violence une stratégie, ni l’assassinat une alternative. La société que nous voulons en est une dans laquelle chaque personne peut mener une vie en sécurité ─ personnelle, économique et sociale.

Il est évident que le prix le plus élevé est payé par les femmes et d’autres de la périphérie ─ géographique, économique, ethnique, sociale et culturelle ─ qui maintenant, comme toujours sont exclues de la vue du public et du discours dominant.
Le temps des femmes c’est maintenant. Nous exigeons que les mots et les actes soient dirigés dans un autre langage.

Ahoti ─ pour Femmes en Israël
Anuar ─ Leadership des femmes juives et arabes
Artemis ─ Society Economique pour les femmes
Aswat ─ Femmes palestiniennes Gay Bat Shalom
Bat Shalom
Coalition des Femmes pour la paix
Empowerment économique pour les femmes ─ for Women
Feminancy: Collège pour l’Empowerment des femmes
Groupe militant Féministe ─ Jérusalem
Groupe militant Féministe ─ Tel Aviv
Commission internationale des femmes: Branche israélienne
Centre Féministe Isha L’Isha ─ Haifa
Itach: Avocates pour la Justice sociale
Centre des femmes Kol Ha-Isha ─ Jérusalem
Centre Mahut ─ Information, Formation et Emploi des femmes
Mouvement Shin ─ Représentation égale pour les femmes
Communauté de Soutien ─ Centre de développement des affaires des femmes
TANDI ─ Mouvement des femmes démocratiques pour Israël
Tmura: Le centre légal antidiscriminatoire israélien
Université contre le Harcèlement ─ Tel Aviv
Les femmes et leur corps
Le Parlement des femmes
L’esprit des femmes ─ Indépendance Financière pour les femmes victimes de violence

J’ajoute que le mouvement des Femmes en Noir en Israël est né en janvier 1988, pendant la première Intifada : alors, huit femmes israéliennes de Jérusalem, vêtues uniquement de noir, sont sorties pour protester contre l’occupation militaire des territoires palestiniens. La couleur noire symbolise le « deuil est la situation de guerre que vivent Israéliens et Palestiniens. Les femmes des deux camps ont des fils, des maris et des êtres chers qui meurent constamment dans ce conflit ».

Les Femmes en Noir en Israël font partie de la Coalition des femmes pour une Paix juste, une plateforme qui réunit des dizaines de mouvements de femmes qui travaillent à mettre un terme au conflit et préconisent, entre autres choses, de partager la ville sainte comme capitale des deux peuples.

Image: empruntée sur le site des Femmes en Noir, mouvement international

Advertisements