Du manioc dessiné en 1887 par Franz Eugen Köhler

Du manioc dessiné en 1887 par Franz Eugen Köhler

Ce message est tombé dans ma boîte. La situation au Nord-Kivu est si terrible que je m’empresse de relayer cet appel: Non à la guerre, oui à la souveraineté alimentaire!

La Confédération Paysanne du Congo, COPACO-PRP, organisation membre de la Via Campesina en Afrique, lance un appel à la solidarité internationale au vu de la situation de conflit armé et d’insécurité qui s’est intensifiée ces dernière semaines dans la province du Nord Kivu, dans le nord-est du pays, à la frontière avec le Rwanda.

Les victimes de ce conflit armé entre troupes régulières congolaises et groupes rebelles sont les populations civiles innocentes, obligées à fuir leurs maisons et leurs terres, à errer sur les routes et à se rassembler, dans le meilleur des cas, dans des camps de réfugiés. Il y aurait déjà plus d’un million de déplacés et trois millions de morts dans la région, en proie à l’insécurité depuis presque 15 ans déjà. Dans ce contexte de guerre et d’impunité, les femmes sont régulièrement violées, le viol étant considéré comme une arme de guerre comme une autre.
Ces populations sont majoritairement des familles entières, paysans et paysannes qui aujourd’hui n’ont plus accès à leur champs, élevages et cultures et ne peuvent pas retourner chez elles. De plus, considérés armes blanches, leurs outils de travail tels que la houe et la machette sont confisqués.
Nous, paysans et paysannes du Congo, avons besoin de champs de manioc ! Nous n’avons pas besoin de champs de mines ni de guerres !
Cette guerre est clairement aussi une atteinte à la souveraineté alimentaire de ces familles et du pays dans son ensemble. Obligeant les paysannes et paysans à fuir et à quitter leurs terres, et par conséquent à ne plus pouvoir cultiver leurs champs selon le calendrier agricole, c’est à l’aide alimentaire internationale, souvent aux mains des transnationales de l’agro-alimentaire que l’on ouvre la porte sans vergogne, au nom de la soi-disant sécurité alimentaire et de l’aide internationale !
A l’heure de la crise alimentaire mondiale, nous réaffirmons que l’Afrique en général, et le Congo en particulier, peuvent se nourrir eux-mêmes !
Cette guerre contribue à la disparition accélérée des paysannes et paysans, et à celle de l’agriculture paysanne !

Nous, Confédération paysanne du Congo, lançons donc un appel à la solidarité internationale, auprès de tous les membres de la Via Campesina, mais aussi auprès de tous nos amies et amis, en Afrique et dans le monde.
 Vous pouvez adresser vos messages de solidarité aux paysannes et paysans de l’Est du Congo touchés par cette guerre infâme, à copacoprp@yahoo.fr et/ou à vcafrica@gmail.com
 Nous vous demandons aussi d’adresser des messages aux ambassade de RDC dans vos pays, à celles du Rwanda, ainsi qu’à l’ONU – qui a une mission de maintien de la paix au Congo – afin que des mesures d’urgence soient prises pour la protection des populations civiles innocentes, paysans et paysannes pour la plupart, et pour que cessent les viols impunis contre nos femmes. Que des mesures soient prises aussi pour permettre à ces familles paysannes déplacées de retourner chez elles et de reprendre leurs travaux agricoles.

Contacts :
COPACO-PRP, Nathanael Buka, porte-parole national, Tel : +243 81 16 48 430, copacoprp@yahoo.fr

COPACO-PRP, Alphonsine Nguba, membre du CCI de la Via Campesina, Tel : +243 99 46 42 963, ngubaalpha@yahoo.fr

La Via Campesina – International Secretariat:
E-mail: viacampesina@viacampesina.org, Website: http://www.viacampesina.org

Publicités