Cette fois, ils ont été interrompus en pleine action ! Les vendeurs itinérants de la société Porcelaine de France Limoges ─ un clone des Marquises de France, sans doute ─ ont dû remballer leur matériel et leur rengaine, sur l’ordre des inspecteurs de la Police du commerce de Lausanne. Dénoncée sur ce blogue en janvier dernier, l’arnaque à la porcelaine croît et embellit dans de nombreuses villes de France, de Suisse et de Belgique. Mais les résistances et les avertissements s’organisent, aussi. Et Canal + travaille actuellement à une enquête.

Le 21 novembre dernier, la société PF Limoges, prévoyait de plumer une douzaine de pigeons à l’Hôtel d’Angleterre, une succursale du Beau-Rivage Palace, à Lausanne. Hélas pour eux, l’impunité avait rendu les bonimenteurs imprudents : ils avaient oublié de demander une autorisation de «déballage» pour vendeurs itinérants.

Invités à la vente de 15h, mon ami et moi avions décidé d’aller jusqu’au bout, cette fois: nous faire offrir le «cadeau» ─ dix-huit verres de cristal taillé à 300 francs suisses la pièce ─ et d’aller jusqu’à la signature du contrat. Ou presque. Mais la Police du commerce, alertée préalable par nos soins, est arrivée, comme Zorro (ou presque). Les inspecteurs ont interrompu la vente précisément au moment où le premier couple de pigeons s’apprêtait à signer le contrat pour faire peindre à l’or fin ses initiales sur 72 pièces de porcelaine. Heureusement, car ce monsieur et cette dame n’avaient pas compris qu’il leur faudrait payer quelque chose : ils croyaient ne donner que leur adresse pour se faire envoyer le service choisi.

La vente de 17h a été annulée; le gérant de l’hôtel, coupable de n’avoir pas vérifié l’autorisation des vendeurs ambulants, avait l’oreille basse. Les bonimenteurs nous lançaient des regards assassins… Et nous, nous étions bien fiers!

Car l’affaire n’en est pas restée là: la police du commerce cantonale, informée, a vu d’un très mauvais oeil ces activités et a infligé une amende salée aux vendeurs, paraît-il. Peut-être les PF Limoges ont-elles dû renoncer à leurs présentations dans la ville de Nyon, prévues pour le lendemain.

Les dénonciations de ces arnaques à la porcelaine se multipliant sur divers sites et blogues, une journaliste de Canal + a entrepris une enquête. Elle a pris contact avec mon coéquipier et moi. J’ incite vivement les personnes qui ont fait des expériences semblables à la  contacter par courriel: sophiebonnet@hotmail.com.

Advertisements