Nespresso va installer des locaux administratifs luxueux à Lausanne, à quelques mètres du lac, dans une propriété superbe et richement boisée. Et, pour cela, abattre des dizaines d’arbres de haute futaie, démolissant au passage une ancienne maison. L’attrape-bobo-nigaud de la cafetière va inaugurer ces tout prochains jours sa plus grande boutique de Suisse au centre de Lausanne, dans l’ancien l’immeuble néo-classique pompier propriété de l’UBS sur la place St-François. Nespresso a besoin d’espace, de luxe et de beauté pour ses activités administratives et de marketing, ingrédients indispensables à la confiance et au succès des affaires.

Je voulais écrire un billet, mais un petit camarade a été plus rapide que moi. Heureusement. Pour savoir ce que la com de Nespresso ne dit pas, je vous incite vivement à lire son billet, sur le blog des élus de A Gauche Toute ! au Conseil communal de Lausanne: Nespresso : et quoi encore ?

Le Mouvement de défense de Lausanne (MDL) s’oppose aussi vigoureusement à ce projet, argumentant qu’il nécessite la suppression de 94 arbres, la plupart de taille respectable et formant un véritable front de verdure, ainsi que la démolition d’une maison, partie intégrante de cette ancienne «campagne». Elle est recensée avec une note *3*, et l’entier du jardin en note *4*, à l’inventaire cantonal des monuments. En outre, souligne le MDL, un parking important, dans une zone déjà surchargée en trafic automobile, surpolluée et où les limites légales de bruit ne sont pas respectées, nécessite une réduction drastique du nombre de places, voire sa totale suppression». En résumé, c’est une catastrophe écologique.

J’ajoute : une catastrophe éthique, aussi.

Apparemment, il n’y a plus de voie légale pour empêcher ce massacre. Il ne restera plus qu’à passer des journées entières dans les arbres, pour empêcher la destruction de ce bout de verdure et dire que la propriété privée ne devrait pas donner tous les droits.

Publicités