Régulièrement, le Collectif Urgence Palestine (CUP) transmet à la presse ─ c’est-à-dire au Courrier, à 24 Heures, au Temps, à L’Illustré, à Migros Magazine, à L’Hebdo ─ un condensé des rapports sur les violations des droits humains commises par l’armée israélienne dans les Territoires palestiniens occupés. Avez-vous souvent lu tous ces détails dans vos journaux habituels ? Moi pas. Mais peut-être que je lis mal…

Ce mardi matin, nous apprenons que le gouvernement israélien a légèrement assoupli le blocus imposé dans la bande de Gaza, et commencé à y autoriser la livraison de carburant domestique. Cela après quatre jours de blocus strict qui faisait craindre une grave crise humanitaire à Gaza. Mais tout ça, c’est de la faute du Hamas. En tout cas, c’est ce qu’a déclaré, avec une grande élégance, ce modèle d’humanisme qu’est le premier ministre israélien, M. Ehoud Olmert. Selon les agences de presse, ce dernier a affirmé le week-end dernier, au plus fort du blocus – c’est moi qui souligne:

«En ce qui me concerne, tous les habitants de Gaza peuvent se déplacer à pied et manquer d’essence pour leur voiture, car ils sont gouvernés par un régime assassin qui ne permet pas aux habitants du sud du pays de vivre en paix.»

De quel régime assassin parle-t-on? Et si nous reprenions le condensé de la semaine du 10 au 16 janvier 2008 envoyé par le CUP? Sans commentaire, les faits bruts suffisent à l’horreur:

 » Durant cette période, les Forces d’occupation israéliennes ont:

  • tué 27 Palestiniens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie. Parmi les victimes, on compte 8 civils, dont 1 enfant et 1 vieillard, et 7 victimes d’une exécution extra-judiciaire. 17 des victimes ont été tuées lors d’un raid de 4 heures sur Gaza City le 15 janvier;
  • blessé par balles 51 Palestiniens, dont 1 femme et 3 vieillards;
  • conduit 22 incursions dans des communautés palestiniennes en Cisjordanie et 3 incursions dans la bande de Gaza;
  • arrêté 50 civils palestiniens, dont 3 enfants;
  • confisqué 5 maisons à Naplouse et à Qabatya pour en faire des sites militaires;
  • rasé 3 ha de terres agricoles dans la bande de Gaza.

Elles continuent à imposer un siège total des Territoires palestiniens occupés et la bande de Gaza, toujours coupée du reste du monde, voit se développer une grave crise humanitaire.

Dans la bande de Gaza, déclarée entité ennemie par le gouvernement israélien, celui-ci a sévèrement renforcé l’embargo et les interdictions ou restrictions d’importation touchent aussi bien les médicaments, les équipements, le courant électrique que les produits alimentaires (lait, fruits, etc.), menant à une grave pénurie de biens élémentaires. De plus, les forces israéliennes continuent à imposer de sévères restrictions aux activités de pêche. Ces mesures constituent une punition collective dirigée contre la population civile palestinienne, en violation flagrante des Conventions de Genève.

En Cisjordanie, les Forces d’occupation israéliennes ont, de plus:

  • rasé 4 ha de terres agricoles et détruit 6 puits à Beit Oula près d’Hébron;
  • commencé la construction d’une nouvelle colonie dans le quartier de Ras el-Aamoud (Jérusalem occupée);
  • continué à protéger les activités des colons israéliens.

A Hébron, des colons ont attaqué des civils palestiniens. 12 Palestiniens ont été blessés et 4 ont été arrêtés par les forces d’occupation israéliennes. »

Ces faits sont collectés par le Centre palestinien pour les droits humains (Palestinian Center for Human Rights), un organisme indépendant, base à Gaza. Il a le statut de consultant spécial auprès du Conseil économique et social des Nations unies et il est affilié à la Fédération internationale des Lignes des droits de l’homme (FIDH), à la Commission internationale des juristes et au Réseau euro-méditerranéen des droits humains.

Advertisements